J’ai trouvé mon chemin à travers les brouillards de ténèbres

J’ai trouvé mon chemin à travers les brouillards de ténèbres

Il y a quelques années, j’ai traversé une période particulièrement sombre. J’avais de grandes épreuves et j’étais déprimée et écrasée par de lourds fardeaux.

Un dimanche, à l’église, en regardant autour de moi, j’ai vu toutes les familles heureuses qui chantaient des cantiques et goûtaient l’amour de Dieu. Je voulais ressentir la même chose, mais quelque chose n’allait pas avec moi, physiquement.

J’avais ressenti l’Esprit dans le passé, mais depuis quelque temps, j’en étais incapable. Comme dans la vision de l’arbre de vie qu’a eue Léhi, j’avais l’impression d’être complètement entourée de brouillards de ténèbres ; je n’arrivais même pas à voir l’arbre (voir 1 Néphi 8:2-24).

Au début des prières de Sainte-Cène, j’ai fermé les yeux et je me suis adressée à mon Père céleste, le suppliant de me donner l’assurance de son amour. Je lui ai demandé pourquoi je n’arrivais pas à goûter le fruit de l’arbre de vie.

Tandis que je méditais sur le songe de Léhi, j’ai eu une prise de conscience soudaine. « Pourquoi est-ce que je ne ne m’en suis pas souvenue plus tôt ? » me suis-je dit. La traversée de brouillards de ténèbres est un élément tout à fait normal du plan de Dieu. Il permet que nous connaissions des difficultés de temps en temps afin que nous puissions nous appuyer complètement sur lui et sur son Fils. La clé de la réussite est de s’accrocher à la barre de fer. Je me voyais toujours dans des brouillards de ténèbres, mais j’avais maintenant de l’espoir.

Quand cette impression m’a quittée, j’ai senti le Saint-Esprit me donner la douce assurance que mes épreuves prendraient fin. L’Esprit m’a témoigné que notre Père céleste était là. J’ai essuyé mes larmes, reconnaissante d’avoir pu ressentir de nouveau l’Esprit.

J’ai commencé à me plonger dans les Écritures. J’ai encore eu beaucoup de jours sombres, mais j’avais la foi que, si je m’accrochais à la barre de fer, la parole de Dieu (voir 1 Néphi 11:25), je serais libérée des brouillards de ténèbres. Je ne sais pas combien de temps cela a pris, mais un jour j’ai pu de nouveau goûter l’amour de Dieu. C’était comme un chaud rayon de soleil après un long hiver.

À travers les vicissitudes de la vie, je me suis souvenue de la promesse de tenir fermement la barre de fer en étudiant les Écritures et les paroles des prophètes. Je sais que, quand viennent des brouillards de ténèbres, je dispose des outils nécessaires pour en sortir et la promesse d’un accueil chaleureux de l’autre côté.