Bilan de l’année 2020

Bilan de l’année 2020

Même si les mots « quarantaine », « fermé », « annulé », « interrompu » et « reporté » ont alimenté les conversations dans le monde entier, l’année 2020 n’a pas été une période creuse pour l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. La pandémie de COVID-19 a perturbé et changé les vies de multiples façons. Mais les activités essentielles de l’Église ont continué sans interruption.

Les efforts humanitaires de l’Église ont connu une croissance sans précédent. La réaction pleine de foi à la pandémie est devenue le plus grand projet humanitaire de l’histoire de l’Église. En mars, le culte hebdomadaire dans les églises a temporairement été interrompu, mais la culture religieuse axée sur l’étude de l’Évangile au foyer a aidé les saints des derniers jours à s’adapter au culte et à l’étude des Écritures à la maison. Les missionnaires ont dû rentrer dans leur pays d’origine ou passer plus de temps en isolement, mais ils ont continué de faire connaître les messages de Jésus-Christ en ligne. Les temples ont fermé pendant quelques mois avant une réouverture progressive et prudente au mois de mai. Les rassemblements physiques à l’occasion de la conférence générale et d’autres grandes réunions ont été annulés, mais les messages des dirigeants de l’Église ont continué de toucher les gens du monde entier grâce à la bénédiction de la technologie.

Action humanitaire face à la pandémie et à d’autres catastrophes majeures

L’Église a fait des dons en espèces et en produits pour soutenir plus de mille opérations de secours afin de lutter contre la pandémie de COVID-19 dans le monde entier. Elle a conclu des partenariats avec Convoy of Hope, Feeding America, Partnership with Native Americans, l’Armée du Salut, United Way et le Programme alimentaire mondial Les dons de nourriture ont aussi augmenté et ont été distribués à travers les États-Unis. L’Église est également intervenue à la suite de nombreuses catastrophes naturelles dans le monde, notamment suite aux incendies à l’ouest des États-Unis, aux ouragans au sud des États-Unis et de l’Amérique centrale, et aux typhons aux Philippines.

Messages d’espoir et de guérison du prophète

Le président Nelson a prononcé plusieurs messages d’espoir et de guérison tout au long de l’année, notamment une prière de reconnaissance et des invitations aux habitants du monde entier d’aider à guérir les relations et les collectivités brisées. Son message vidéo du 20 novembre dernier a été visionné des dizaines de millions de fois et les utilisateurs des réseaux sociaux ont repris le mot-dièse #RendreGrâces dans des millions de publications sur la gratitude.

Certaines personnes d’autres confessions ont exprimé leur reconnaissance pour ce message. Quelqu’un a fait le commentaire suivant sur Facebook  : « C’est de l’extérieur que j’ai écouté ce message car je suis Juif. Je suis fidèle à ma religion, mais j’ai trouvé que c’était une présentation inspirante et une prière qui peut toucher les gens de toutes confessions » Une femme catholique a ajouté : « La vidéo était publiée de nombreuses fois dans les stories de mes amis. Quel beau message d’un dirigeant rempli de foi. »

Une professionnelle de la santé a dit que les paroles du prophète l’avaient aidée à ressentir la paix alors qu’elle se trouvait confrontée de près à la pandémie. Elle a ajouté : « Je suis infirmière et, depuis mars, je m’occupe de malades atteints de COVID-19. Cette semaine, j’ai beaucoup pleuré et j’ai exprimé la colère que je ressentais contre tout et qui ne cessait de m’envahir. Tout le monde semble être passé à autre chose, mais, chaque semaine, je dois toujours regarder cette situation en face et essayer de me défendre. J’étais TELLEMENT FURIEUSE.  Ce message est arrivé au bon moment et j’ai pleuré, mais cette fois, c’était des larmes de soulagement. Mon fardeau émotionnel m’a enfin été enlevé. »

Le Président Nelson a aussi proposé aux saints des derniers jours de se joindre à deux jeûnes mondiaux pour lutter contre la pandémie, a appelé à l’harmonie raciale et au respect de la dignité humaine.

Consécration d’un temple, vingt-et-une inaugurations de temples et quatorze nouveaux temples annoncés

Un mois avant le début de la pandémie, Ronald A. Rasband a consacré le temple de Durban, en Afrique du Sud, la seule consécration de temple de l’année°2020.

Même si, depuis le mois de mai, le culte au temple a été restreint, les dirigeants de l’Église ont commencé la construction de vingt-et-un nouveaux temples. Lors des deux dernières conférences générales de l’Église, le président Nelson a annoncé la construction de quatorze temples supplémentaires, notamment aux Émirats Arabes Unis et à Shanghai (République populaire de Chine).

Une importante rénovation parasismique du temple de Salt Lake City a débuté en janvier. En mai, la pierre de faîte du temple a été retirée et la Première Présidence a assisté à l’ouverture de la capsule temporelle qu’elle contenait.

Ministère mondial de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres

Avant que la pandémie de COVID-19 ne mette un terme aux voyages dans le monde entier, plusieurs apôtres ont rendu visite en personne à des saints des derniers jours et à des personnalités dans plusieurs endroits. David A. Bednar est le premier apôtre à avoir rendu visite à la nation africaine du Soudan, Quentin L. Cook a visité les Philippines, Ulisses Soares s’est rendu au Costa Rica et au Guatemala, et Ronald A. Rasband est allé en Afrique du Sud. D’autres dirigeants ont parcouru moins de distance pour s’adresser aux membres. Dallin H. Oaks s’est adressé aux jeunes du monde entier lors d’une émission diffusée depuis Temple Square, Henry B. Eyring s’est rendu en Idaho, M. Russell Ballard s’est adressé aux étudiants de l’Université Brigham Young et D. Todd Christofferson est allé à New York.

Le ministère s’est poursuivi au même rythme pendant la pandémie. Entre le message vidéo du président Nelson au début de la pandémie et la veillée de Noël de la Première Présidence, les apôtres ont donné de nombreux messages aux saints des derniers jours et aux habitants du monde entier par le biais de la technologie. Frère Bednar a pris la parole pendant une conférence sur la liberté religieuse et lors du forum interconfessionnel du G20,

Comment les sœurs dirigeantes ont exercé leur ministère en 2020

Tout au long de l’année et à l’image des membres de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres, les femmes dirigeantes de l’Église ont également exercé leur ministère dans le monde entier. Avant la pandémie, Bonnie H. Cordon (présidente générale des Jeunes Filles) s’est adressée aux étudiants de l’Université Brigham Young, Jean B. Bingham (présidente générale de la Société de Secours) s’est rendu aux Philippines, Sharon Eubank (présidente de Latter-day Saint Charities et conseillère dans la présidence générale de la Société de Secours) s’est adressé aux femmes de l’Université d’Utah Valley et Reyna I. Aburto s’est rendu à Los Angeles.

Les sœurs dirigeantes nous ont sensibilisés à la cause des affamés, ont parlé à des dirigeants du monde entier, ont incité les femmes à être une force mondiale pour l’unité, ont célébré le 150e anniversaire du programme des Jeunes Filles et ont donné des enseignements à distance aux saints des derniers jours du monde entier.

Nouvelle proclamation au monde°: «  Le rétablissement de la plénitude de l’Évangile de Jésus-Christ »

Lors de la conférence générale d’avril 2020, le président Nelson a présenté une proclamation en l’honneur du deux centième anniversaire de la Première Vision de la Divinité que Joseph Smith a eue.

Comment les dirigeants de l’Église écoutent le Christ (#ÉcoutezLe)

Une série de vidéos a également été lancée en l’honneur du deux centième anniversaire de la Première Vision. Publié avec le mot-dièse #ÉcoutezLe, chaque vidéo présente un dirigeant de l’Église décrivant comment il entend Dieu lui parler. Vous trouverez toute la série sur HearHim.ChurchofJesusChrist.org ou sur YouTube.

Nouveau symbole

En avril, le Président Nelson a également présenté le nouveau symbole de l’Église et en a expliqué l’importance. Ce nouveau symbole s’inscrit dans la continuité de l’injonction inspirée qu’il a donnée en août 2018 de faire l’effort de se concentrer sur le nom divinement révélé de l’Église. Il a ajouté que depuis ce jour, les dirigeants de l’Église, les départements, les entités associées, le site Internet principal, les membres et beaucoup d’autres personnes utilisent maintenant le nom correct de l’Église. Le président Nelson a déclaré : « Nous avons entrepris cette action gigantesque parce que, lorsque nous enlevons le nom du Seigneur du nom de son Église, par inadvertance, nous ne faisons plus de lui le point central de notre culte et de notre vie. » Depuis au moins 1990, Russell M. Nelson a particulièrement mis l’accent sur le nom correct de l’Église dans son ministère. « Lorsque nous prenons le nom du Sauveur sur nous lors du baptême, nous nous engageons à témoigner, par nos paroles, nos pensées et nos actions, que Jésus est le Christ. »

Nouveau manuel pour les dirigeants et les membres de l’Église

Le manuel général d’instructions : Servir dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a été publié en février. Ce livre remplace le Manuel 1 (pour les présidents de pieu et les évêques) et le Manuel 2 (pour tous les dirigeants). Il est accessible à tous et sera régulièrement mis à jour afin de permettre aux dirigeants du monde entier d’adapter avec bienveillance et considération les divers programmes, règles et procédures à la situation locale. Le manuel a été mis à jour en février, mars, juillet et décembre. D’autres modifications seront faites au cours de l’année 2021.

Changements dans les magazines de l’Église en 2021

L’Église a annoncé qu’à partir de janvier 2021, les quatre magazines actuels seront remplacés par trois magazines en plusieurs langues : « L’Ami » (pour les enfants), « Jeunes, soyez forts » (pour les jeunes) et « Le Liahona » (pour les adultes). Jusqu’à maintenant, il y avait trois magazines en anglais : « Friend » (pour les enfants), « New Era » (pour les jeunes) et « Ensign » (pour les adultes) ; et un magazine dans de nombreuses autres langues : « Le Liahona » (comprenant de la documentation pour les enfants, les jeunes et les adultes).

Deuxième tome de « Les saints »

Le deuxième tome de Les saints : Histoire de l’Église de Jésus-Christ dans les derniers jours a été publié en février. Ce volume commence en 1846 avec le départ de Nauvoo de milliers de saints des derniers jours fuyant les émeutiers. Ils quittaient leur lieu de rassemblement où ils vivaient depuis sept ans. Le tome se termine en 1893, lorsque des femmes et des hommes vaillants ont établi des localités où les fidèles pouvaient se rassembler à proximité d’un temple construit pour glorifier Dieu et racheter les vivants et les morts. Au même moment, des centaines de missionnaires se rendaient dans des pays éloignés comme l’Angleterre, le Danemark, l’Afrique du Sud et les îles du Pacifique afin d’inviter d’autres personnes à suivre Jésus-Christ et d’établir l’Église.