Les bénédictions du Potager

Image8

En décembre de l’année dernière, la Branche de Kingstown de l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers Jours s’est jointe à la National Emergency Management Organization (NEMO) à l’occasion de la Journée Mondiale de Service pour tenir des sessions de formation à l’intention des membres de l’Église et de leurs amis sur le stockage de nourriture et d’eau ainsi que de la préparation face aux catastrophes. En plus des présentations, des semences ont été fournies à tous les participants afin qu’ils puissent planter leurs propres potagers.

Le mois suivant, les présidences de district et de branches de Saint Vincent et les Grenadines ont encouragé les membres à concentrer à nouveau leurs efforts afin d’être autonome à la fois temporellement et spirituellement. Les membres ont pris ce conseil à cœur et ont fait tout ce qu’ils ont pu pour accroître leur stockage de nourriture et d’eau malgré leurs ressources financières limitées. Certains ont même planté leurs propres potagers. Depuis, il y a eu de nombreux rappels pour commencer à se préparer, même de petites façons. Certaines sœurs ont commencé à acheter des bouteilles d’eau et à les partager avec d’autres qui ont montré de l’intérêt. D’autres ont planté des jardins et ajouté à leur approvisionnement alimentaire.

Ces préparations ont été très bénéfiques depuis le début d’éruption du volcan La Soufrière datant du 9 avril, crachant des cendres dans l’air.

Sœur Nichole Franklyn, Présidente de la Société de Secours dans la Branche de Kingstown, rappelle, “Nous avons commencé un potager. Nous étions heureux, mais il a fallu beaucoup de travail.  Nous avons prié chaque nuit pour les récoltes, et le Père Céleste a entendu nos prières et les a bénies.” Leur simple potager a poussé et produit.

Image8

Tous les produits de leur potager ne sont pas prêts à être récoltés mais ils récoltent des concombres et des poivrons doux. Ils craignaient que la chute des cendres ruine leur potager car il a une grande partie de l’agriculture sur l’île. “Beaucoup de récoltes ont été complètement anéanties, mais Dieu a épargné les nôtres. Nous avons pu récolter des concombres. A l’heure actuelle, nous pouvons vendre nos concombres cinq dollars la livre, mais nous avons choisi de partager avec trois refuges,” a dit Sœur Franklyn.

Les membres ont aussi été encouragés à devenir autonome spirituellement. Suivant l’exemple d’un groupe qui a commencé à Sainte Lucie où un groupe de sœurs se réunit pour la prière et pour l’étude des écritures à 5 heures chaque matin du lundi au samedi, les sœurs à Saint Vincent ont également commencé sérieusement.  Elles se rencontrent zoom avec d’autres membres de l’Église de l’Interrégion de la Caraïbe au même moment. Malgré les circonstances actuelles, les membres sont forts et sans crainte, et ils continuent de se rencontrer matin après mati

Sœur Franklyn est reconnaissante pour les bénédictions que son potager a apporté à sa famille et à ceux qui sont les refuges. “Le Seigneur veille sur Ses enfants et fournit quand nous sommes capables de suivre Ses enseignements à travers nos dirigeants,” dit-elle.” Cela fait vraiment du bien de donner plutôt que de recevoir en ce moment.”