En avez vous parmi vous qui sont malades

En avez vous parmi vous qui sont malades
Le sauveur ressuscité visite les néphites, après les avoir enseigné la plupart du jour, il leur dit :
Gamiette, Claude-140 x

 Voici, mes entrailles sont remplies de compassion envers vous. En avez-vous parmi vous qui sont malades? Amenez-les ici. En avez-vous qui sont estropiés, ou aveugles, ou boiteux, ou mutilés, ou lépreux, ou qui sont desséchés, qui sont sourds, ou qui sont affligés de toute autre manière? Amenez-les ici et je les guérirai… 3 Néphi 17 : 6-7.

Ses entrailles remplies de  compassion, il désirait guérir ceux qui étaient malades ou affligés. Lorsque nous suivons le Sauveur dans son ministère , il est fait régulièrement  mention de sa compassion pour ceux qui souffrent.

Et Jésus allait dans les villes et les villages, enseignant dans les synagogues,  prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toutes les maladies et toute l’infirmité parmi le peuple. 36 Mais voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger. Matthieu 9 :36-37.

Qu’est ce, alors, que la compassion ?

Qu’est ce, alors, que la compassion ?

Lorsque nous regardons l’étymologie du mot, nous lisons : « l’étymologie de la compassion » est latine, signifiant « souffrir avec ».  indiquant plus d’implication que la simple empathie, la compassion donne naissance à un désir actif  de soulager la souffrance (wilkipédia).

La capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, et d’être motiver pour les aider et les sauver, paraît être l’un des grands attributs du sauveur.

Souvent  dans les écritures nous voyons la compassion ou la miséricorde associées avec les entrailles.

Nous lisons : « 9 Étant monté au ciel, ayant les entrailles de la miséricorde, étant rempli de compassion envers les enfants des hommes, se tenant entre eux et la justice, ayant rompu les liens de la mort, prenant sur lui leur iniquité et leurs transgressions, les ayant rachetés et ayant satisfait aux exigences de la justice. » Mosian 15 :9.

Emu de compassion, le Seigneur se tient entre nous et la justice et il souffre les peines pour nous , pour nous protéger des conséquences de la justice, nous donnant l’opportunité d’y échapper, à conditions d’une repentance sincère et de l’obéissance à ses lois. Sachant que nous ne pourrions faire face à ces conséquences et que nous ne pourrions les supporter, Il se tient entre la justice et nous, exprime sa compassion et souffre pour nous ; non à cause d’ une quelconque justice de notre part, mais parce qu’il est ému de compassion.

Le sauveur ayant compassion de nous vient et « souffre avec » et « souffre pour » nous. Il apparaît que le sacrifice expiatoire qui nous sauve tous, prend son origine dans la compassion.

« 15 Et ainsi il apportera le salut à tous ceux qui croiront en son nom; ceci étant le but de ce dernier sacrifice: réaliser les entrailles de miséricorde, ce qui l’emporte sur la justice et fournit aux hommes le moyen d’avoir la foi qui produit le repentir. » Alma 34 :15

Lorsque que je lis que l’expiation du Sauveur apporte les entrailles de la miséricorde,  je me demande comment je me suis réellement senti quand j’ai compris ce que le Sauveur ferait pour moi et pour nous tous. Mes entrailles étaient-elles remplies de compassion pour Lui ? étais-je prêt à aider à sauver pour soulager la douleur qu’il aurait à endurer ?  étais-je, alors, désireux de prendre sur moi la charge d’aider, la charge de sauver ceux qui seraient dans le besoin, ceux pour qui il souffrirait, moi y compris ? aussi étais-je pré-ordonné à la prêtrise à cause de mon désir personnel de « souffrir avec » (par ma compassion) lorsque je serais sur terre ?

Lorsque je médite ces pensées, mes entrailles sont remplies de compassion et mon désir, de m’élever, de sauver et de magnifier ma charge dans la prêtrise, grandit.

Beaucoup sont  empêtrés dans  le péché et de ce fait, méritent les situations dans lesquelles ils se retrouvent. Comment la compassion peut-elle m’aider ?

La pensée de leur souffrance à cause des conséquences de leurs actions devrait m’être inacceptable, au lieu de penser qu’ils méritent ce qui leurs arrivent, je devrais, comme les fils de Mosiah, ressentir :

 « 3 Or, ils désiraient que le salut fût annoncé à toute la création, car ils ne pouvaient pas supporter qu’une seule âme humaine pérît; oui, la pensée même qu’une âme dût endurer le tourment éternel les faisait frémir et trembler. » Mosiah 28 :3.

Leurs entrailles remplies de compassion, ils étaient désireux de prêcher l’évangile à leurs ennemis les lamanites. Ils désirent faire le deuxième mil pour leur délivrance, ils sont prêts à souffrir avec eux et pour eux.

Nous lisons qu’ils étaient prêts à aller :

«  2 Afin de pouvoir peut-être les faire parvenir à la connaissance du Seigneur, leur Dieu, et de les convaincre de l’iniquité de leurs pères, et peut-être de les guérir de leur haine à l’égard des Néphites, afin qu’ils fussent aussi amenés à se réjouir à cause du Seigneur, leur Dieu, afin qu’ils devinssent amicaux les uns envers les autres, et qu’il n’y eût plus de querelles dans tout le pays que le Seigneur, leur Dieu, leur avait donné. » Mosiah 28 :2

Lorsque j’étudie l’attribut de la compassion, je le vois comme une motivation puissante qui ne laisse pas quelqu’un avec simplement un sentiment d’empathie, mais qui le conduit vers l’action et le désir d’endurer les souffrances de celui qui est dans le besoin.

Comment puis-je, en tant que membre, bénéficier d’une meilleure compréhension de la compassion ?

Il apparaît que la compassion est au centre même de tout service de la prêtrise, ainsi que dans l’ordonnance du baptême :

« 8 Et il arriva qu’il leur dit: Voici, ici se trouvent les eaux de Mormon (car c’est ainsi qu’elles étaient appelées); et maintenant, puisque vous désirez entrer dans la bergerie de Dieu et être appelés son peuple, et êtes disposés à porter les fardeaux les uns des autres, afin qu’ils soient légers;

 9 oui, et êtes disposés à pleurer avec ceux qui pleurent, oui, et à consoler ceux qui ont besoin de consolation, et à être les témoins de Dieu en tout temps, et en toutes choses, et dans tous les lieux où vous serez, jusqu’à la mort, afin d’être rachetés par Dieu et d’être comptés avec ceux de la première résurrection, afin que vous ayez la vie éternelle » Mosiah 18 :8-9.

Dans les eaux du baptême, j’ai fait alliance de pleurer avec ceux qui pleurent, et de réconforter ceux qui avaient besoin d’être réconforter.

Que ce passerait-il si tous nos conseils de branche ou de paroisse étaient dirigés par la compassion de ses membres ?

Quel serait l’impact de la compassion croissante dans l’avancement de l’œuvre ?

Je vous laisse méditer ces questions, et prie que nous ayons nos entrailles remplies de compassion et, de ce fait, comme le  Sauveur, nous puissions bénir la vie des autres étant désireux de souffrir avec eux .