Ne craignez point...Il n'est pas ici car il est ressuscité

Ne craignez point...Il n'est pas ici car il est ressuscité
Pendant ce mois d'avril nous célébrons la fête de Pâques et nous réfléchissons avec révérence et gratitude à l'expiation de Jésus-Christ, laquelle expiation comprend la résurrection et confirme son triomphe sur la tombe. Ce fut l'événement central de toute l'histoire humaine. Tous les saints prophètes ont parlé de l'importance cruciale de cet événement grandiose et de sa nécessité dans la vie de chaque être humain. La doctrine de l'Église rétablie de Jésus-Christ nous dit pourquoi.
Andersen-W-W-140x175.jpg

 Dieu est notre Père céleste et il nous aime. Son œuvre et sa gloire consistent à réaliser l'immortalité et la vie éternelle de ses enfants (Moïse 1:39). Ce but divin n'aurait pu être atteint sans que nous ayons l'occasion d'utiliser notre libre arbitre et de prendre nos décisions nous-mêmes afin d'apprendre à choisir le bien et à rejeter le mal. Dans le cadre du grand plan, Adam et Ève ont pris du fruit défendu, ont été chassés de la présence de Dieu et sont devenus mortels.

La condition mortelle a été une grande bénédiction pour Adam et Ève car, en tant que mortels, ils ont pu commencer à exercer leur libre arbitre pour choisir le bien. Mais la condition mortelle a aussi présenté de grandes difficultés puisqu'avec la condition mortelle est arrivée la mort, mort physique et mort spirituelle qui est la séparation de la présence de Dieu. Dieu est parfait. Rien ni personne d'imparfait ne peut demeurer en sa présence.

Ainsi Adam et Ève et toute leur postérité étaient perdus, sujets à la mort physique et spirituelle, privés de la possibilité de revenir en présence de Dieu. Mais Dieu avait prévu ce problème et avait préparé un Sauveur pour venir ici-bas et vaincre la mort spirituelle et physique. Comment allait-il faire ?

La seule façon de vaincre la mort spirituelle était de souffrir pour les péchés de toute l'humanité. Le péché amène toujours la souffrance, et la loi de la justice exige que quelqu'un paie son terrible prix. Alma demanda à son fils Coriantor : « Quoi, penses-tu que la miséricorde puisse frustrer la justice? Je te dis que non, en aucune façon » (Alma 42:25). Par son expiation, le Sauveur a payé le prix de nos péchés et satisfait à la loi de la justice. Comme le dit le roi Benjamin :

« Et voici, il souffrira les tentations, et la souffrance du corps, la faim, la soif et la fatigue, plus encore que l’homme ne peut en souffrir sans en mourir ; car voici, du sang lui sort de chaque pore, si grande sera son angoisse pour la méchanceté et les abominations de son peuple (Mosiah 3:7).

Le Christ nous invite à nous repentir de nos péchés pour que nous n'ayons pas à souffrir comme lui, de peur que nos :

souffrances soient atroces. Il a ajouté: « tu ne sais pas combien elles sont extrêmes, oui, tu ne sais pas combien elles sont dures à supporter. Car voici, moi, Dieu, j’ai souffert ces choses pour tous afin qu’ils ne souffrent pas s’ils se repentent (D&A 19:15-16).

Le Christ a aussi vaincu la mort physique grâce à la résurrection. Abinadi, le prophète, dit :

Et si le Christ n’était pas ressuscité d’entre les morts, ou s’il n’avait pas rompu les liens de la mort, afin que la tombe n’ait pas de victoire, et que la mort n’ait pas d’aiguillon, il n’aurait pu y avoir de résurrection. Mais il y a une résurrection; c’est pourquoi la tombe n’a pas de victoire, et l’aiguillon de la mort est englouti dans le Christ (Mosiah 16:7-8).

Voici pourquoi nous célébrons Pâques en mémoire de ce grand sacrifice expiatoire du Seigneur Jésus-Christ. Voici pourquoi nous pouvons dire comme l'ange :

Pour vous, ne craignez pas ; car je sais que vous cherchez Jésus qui a été crucifié. Il n'est point ici ; il est ressuscité (Matthieu 28:5-6).

Pendant cette période de Pâques, réjouissons-nous du ministère et de la mission de notre Sauveur Jésus-Christ et engageons-nous à le suivre et à respecter ses commandements.